« Women with walrus beards », par Søren Duran Duus

« Women with walrus beards » est un article de Søren Duran Duus, dont on ne peut trouver sur la toile qu’un profil facebook peu fourni, qui nous apprend cependant dans l’adresse URL de la page sa fonction de journaliste, ce que semble confirmer la légende de la photographie qui illustre cette page du journal danois Sermitsiaq, qui le qualifie de « netradaktor ». L’article, trouvable sur Google, semble cependant « perdu », introuvable sur son site d’origine : Air Greenland, une compagnie aérienne du Groënland.

Søren Duran Duus cite un certain nombre de personnes existantes ou ayant existé pour appuyer ses dires, dont les informations trouvables sur internet coïncident avec celles qu’il donne. Ainsi, bien que le cursus de l’auteur soient incertain, la date de l’article soit inconnue et que la provenance de la page soit assez obscure, l’article traite brièvement de l’histoire du tatouage sur les terres inuit et nous apprend un certain nombre de choses, qu’il faut néanmoins considérer avec précaution.

En effet, une première incohérence est à relever dans la datation de la plus ancienne preuve de trace de tatouage Inuit, constituée par une petite figurine en ivoire retrouvée en Alaska, datant de 95 avant Jésus Christ. En effet, nous avons déjà vu que Lars Krutak parle d’un masque en ivoire sculpté à l’effigie d’un visage tatoué qui, lui, remonterait à 3500 avant Jésus Christ. Sans doute l’article de Søren Duran Duus a-t-il été écrit avant la découverte mentionnée par Krutak.

L’auteur parle ensuite du conservateur des Archives et Musée nationaux du Groënland, Hans Lange (son LinkedIn) qui, bien que fasciné par le tatouage au Groënland, admet le fait que les sources et la documentation à ce sujet sont très limitées : les sources matérielles sont principalement basées sur trois ou quatre fouilles ou expéditions, et les premières études détaillées des pratiques du tatouage aux Groënland remontent à la fin du XIXe siècle, voire au début du XXe. La cinquième expédition de Knud Rasmussen (sa page Wikipédia), en 1921-24 a mis au jour d’importantes informations concernant les variétés de tatouages et la mentalité des Inuits associée à cette pratique.

Les tatouages inuit peuvent symboliser un grand nombre de choses, mais c’est surtout la force, ou la beauté chez les femme qui est célébré à travers eux, entre autres significations plus personnelles ou pour l’entourage de la personne. Le premier tatouage d’un homme est appelé kakileq, le « premier tué », c’est une ligne sur la joue qui symbolise le premier phoque, morse, ours polaire ou baleine tué. Chez la femme, on parlera de « barbe de morse » pour désigner les traits au menton qu’on lui trace au moment de la puberté.

Les momies de Qilakitsoq près d’Uumannaq (dont nous avons déjà parlé ici) sont sans doute les plus célèbre du Groënland : cinq ou six d’entre elles sont des femmes tatouées, mortes environ vers 1475. Un siècle plus tard, en 1566, une femme Inuit avec des tatouages faciaux est capturée en Terre Neuve, au Canada, et sera montrée dans des cirques à travers toute l’Europe…

Les missionnaires chrétiens ayant trouvé la pratique contraire aux usages de leur religion, cette dernière, considéré comme « porteuse de péché », a été interdite. C’est probablement la raison pour laquelle la pratique s’est éteinte relativement rapidement à l’ouest du Groënland, comme l’écrit David Crantz (sa page Wikipédia), dés 1765, dans son Histoire du Groenland.

Kunsten på Kroppen : Erik Reime au centre archéologique de Lejre

Nous vous présentons ici une ressource mise à disposition sur le site Kunsten på Kroppen (voir l’article sur Kunsten pa Kroppen) dans la rubrique littérature ; il s’agit de l’article “Erik Reime le tatoueur” (en français) de Claire Artemyz paru dans le Tatouage Magazine n° 48 de Janvier/Février 2006. Il existe également en allemand  et en néerlandais. Claire Artemyz est une photographe française qui s’interroge sur la question du langage corporel et sur la question de l’identité, notamment au travers du tatouage. Elle a publié quelques articles dans des magazines de tatouages.

Cet article présente le festival protohistorique auquel participent les tatoueurs Erik Reime et Colin Dale :

Dans un univers de reconstitution historique allant de l’âge de pierre à l’époque des Vikings, la liste d’attente est de plus d’un an pour séjourner une semaine dans un village de huttes au toit de chaume et au sol en terre battue. Robes de bure et savates en cuir sont de rigueur pour les candidats au séjour. Pas d’eau, pas d’électricité bien sûr et pas d’appareil photo! On veille aux animaux (moutons, chèvres, bovins), on prépare du fromage et autres mets authentiques. Le site comprend aussi un village de I’âge de pierre, avec une tente en peaux de bêtes cousues. Plus loin, un marché viking offre, sous les tentes, les étals d’artisanats divers, toujours « style vintage ». On peut y regarder travailler un maréchal-ferrant, un artisan du cuir, on peut y déguster de la nourriture faite sur le feu, dans un grand chaudron en fonte ou dans les fours à demi enterrés où I’on cuit le pain.”

C’est dans cette atmosphère qu’on trouve le stand de tatouage d’Erik Reime et Colin Dale. Ils y pratiquent différentes techniques de tatouage à la main et reproduisent des motifs anciens. Ils ont commencé par reproduire des motifs scandinaves à l’aide de techniques vikings, mais se sont par la suite diversifiés, et on peut aujourd’hui passer à leur stand pour demander un tatouage cousu selon la pratique inuit.

Ici le tatoueur choisit d’utiliser une aiguille à bout triangulaire, adaptée au travail du cuir.

L’article présente de nombreuses fautes d’orthographes et notamment d’accent, si récurrentes qu’elles sont forcément dues à une retranscription difficile avec un clavier étranger (danois en l’occurence). Comme d’habitude sur le site, la mise en page est sommaire et pas très recherchée, l’accent n’est pas mis sur le design et l’alternance images – texte est mal organisée. Mais ce n’est pas une raison pour fermer la page, car celle-ci reste tout à fait lisible et son contenu est très intéressant. Le propriétaire du site a tenu a ajouter une petite biographie de l’auteur de l’article. On retrouve ce souci bienvenu de la référence partout sur le site.

Reprise de la technique traditionnelle du tatouage au fil par Erik Reime

Erik Reime tatouant

Première étape : le fil noirci est passé sous la peau, ainsi que l’aiguille.

Erik Reime, dont on a déjà parlé, a réalisé d’après une technique de tatouage inuit, un tatouage sur le bras d’une femme. 

Deuxième étape : le fil et l’aiguille sont ressortis, la couleur noire est laissée sous la peau.

Sur cette page, la réalisation du tatouage se présente sous la forme de photographies. Grâce à ces photos, on visualise bien le procédé traditionnel de tatouage inuit consistant à passer sous la peau une aiguille et un tendon noirci à la suie laissant une trace noire au passage. Ces dernières informations viennent du livre Spiritual Tattoo, de John A. Rush, p.90 (en partie consultable sur google books), car en effet Erik Reime ne précise pas ses outils (quel fil ? comment le noircit-il ?). C’est donc uniquement l’illustration du procédé qui nous intéresse ici.

helleDSC_3593-600

Résultat du tatouage

Kunsten på Kroppen

Le site danois Kunsten på Kroppen (litt. « l’art sur le corps ») est mis en ligne par trois tatoueurs danois Erik Reime, Kai Uwe Faust et Marcus Hammer qui travaillent ensemble à Copenhague dans le studio de tatouage du même nom. Le site est disponible en danois et en anglais. Ces trois tatoueurs sont spécialisés dans le tatouage à la main et reprennent des techniques ancestrales originaires du monde entier. Ils nous présentent leurs travaux, de nombreuses références et les photographies prises lors du festival protohistorique auquel ils participent chaque année au centre archéologique de Lejre au Danemark.
.
Page d'accueil du site Kunsten pa Kroppen

Page d’accueil du site Kunsten pa Kroppen (version en anglais)

Le site n’est pas extrêmement clair ni harmonieux (le texte varie constamment de taille et de couleur) mais on s’y retrouve. Il a le mérite de développer une panoplie très large de rubriques, que ce soit pour présenter le studio, les tatoueurs, le festival archéologique de Lejre ou encore l’art du tatouage. Ils proposent en outre une F.A.Q. et une page de ressources très variées ; références d’articles, de thèses, d’ouvrages en passant par de nombreuses vidéos. Un autre point fort : le site est très fourni en photographies. Un bémol cependant, aucune de ces rubriques n’est très fouillée. Tous les renseignements sont référencés, mais le contenu reste pauvre, et les photographies sont rarement commentées.
.
Erik Reime est d’abord spécialisé dans le tatouage scandinave, mais il s’intéresse également au tatouage cousu selon la technique inuit. Il nous présente ici pourquoi et comment il fait perdurer des techniques anciennes. Les techniques traditionnelles se perdent surtout depuis l’invention de la machine électrique de tatouage. Erik Reime nous propose sa théorie quand aux origines du tatouage et présente ce qui aurait pu être des  techniques préhistoriques de tatouage. A ne pas prendre pour argent comptant. Il nous expose les différentes techniques qu’il reprend, et le matériel qu’il utilise ; il choisit par exemple de ne pas utiliser les pigments originaux, mais des pigments modernes qui tiennent mieux.
.
Erik Reime tatouant selon une ancienne technique viking au centre archéologique de Lejre en 2012.

Erik Reime tatouant selon une ancienne technique viking au centre archéologique de Lejre en 2012

 
Nous étudions d’autres pages de ce site plus en détail : ici la technique du tatouage, ici le commentaire d’un article et ici l’histoire du tatouage inuit.
.