Au fil et à l’aiguille

Nous vous présentons ici une page datée de 2008, tirée du site de l’anthropologue du tatouage Lars Krutak, maintenant bien connu (voir l’article sur le site éponyme de Lars Krutak plus en détails), qui concerne plus particulièrement la technique du tatouage cousu dans son ensemble. Comme nous avons déjà parlé (ici) en long et en large de Lars Krutak et de l’immense intérêt de son site et de son travail en général, concentrons nous ici sur le contenu de son article.

L’article commence et conclut sur l’aspect mystique et spirituel du tatouage cousu. Il s’agissait d’abord d’un langage visuel, qui exprimait des croyances personnelles et des valeurs culturelles ancestrales. Il comportait un aspect magique, réduisant l’infertilité, éloignant les mauvais esprits. L’article étudie plus en détail le tatouage cousu dans l’arctique et le tatouage cousu dans la civilisation péruvienne des Chimù (1000-1470).

Le tatouage cousu dans l’arctique

Le tatouage cousu est surtout caractéristique des peuple de l’arctique, qui le pratiquent depuis plus de 2000 ans. Il communément porté et pratiqué par les femmes : les artistes étaient en général des anciennes du village. La plupart du temps le tatouage était fait à main levée, mais parfois, l’artiste esquissait les contours avant de commencer à coudre.

Sur l’île de Saint Laurent, le pigment utilisé était fait à partir de la suie produite par les lampes à huile de phoque. La suie était mélangée à de l’urine, le plus souvent d’une vieille femme, et parfois à du graphite ou à de l’huile de phoque. C’est dans ce mélange qu’on trempait le tendon qui servait de fil. On cousait ensuite de petits points sous la peau, formant le motif désiré. Les aiguilles étaient à l’origine des éclats d’os, mais avec le temps les habitants de l’île utilisèrent des aiguilles de métal.

Selon une des doyennes de l’île, les aiguilles étaient stockées dans des sacs en intestin de phoque, et personne d’autre ne devait toucher aux aiguilles des tatoueurs. Dans le cas où quelqu’un se blessait avec une aiguille réservée au tatouage, on ne pouvait plus l’utiliser jusqu’au rétablissement. Dans le cas où la personne mourrait, l’aiguille était enterrée avec ou détruite. On voit bien là l’aspect spirituel du tatouage et des objets liés.

D’autre part, le tatouage pouvait avoir une dimension médicale en plus d’ornementale, selon sa situation sur le corps, s’apparentant à de l’acupuncture.

Le tatouage cousu chez les Chimù

Le tatouage Chimù n’étant pas le sujet du blog, nous allons juste résumer les différences et similitudes entre le tatouage inuit et le tatouage cousu péruvien. Il semblerait que dans les deux cas, le tatouage soit une pratique féminine, mais chez les Chimù, le tatouage masculin était plus courant, et il n’était pas systématique chez les femmes ; seul un tiers de la population était tatoué. C’est surtout dans la technique et les matériaux qu’on constate des différences : chez les Chimù, les aiguilles sont en matériaux divers tels que des arêtes de poisson, plumes de perroquet, pointes de coquillages, et les pigments proviennent de fruits écrasés tels que le genipa au fort pouvoir colorant.

Lien de la page : http://www.larskrutak.com/articles/Thread_Needle/index.html

Publicités

Magie du tatouage dans l’Arctique

Un musée virtuel

Le centre d’étude de l’Arctique du Musée National d’Histoire Naturelle de Washington, sous l’égide du très sérieux Smithsonian Institute, l’institution de recherche scientifique, propose des expositions virtuelles. L’une d’entre elles, « Crossroads of continents » (Carrefour des continents), tente de saisir l’histoire et la grande diversité des cultures du pacifique nord.

La présentation de l’exposition est tout à fait innovante : le musée est recréé en 3D. Il suffit de cliquer sur les objets exposés pour en avoir une description complète, et sur les portes pour passer d’une pièce à l’autre. Dans une pièce a été recréée la tombe d’une shaman, trouvée sur le site d’Ekven en Sibérie, et datée de 2000 ans. En cliquant sur la tombe, on peut voir l’ensemble des objets qui y ont été trouvés, notamment un petit masque tatoué en ivoire de morse.

Le contenu sur le tatouage inuit

Sous la présentation de ce masque, on trouve une explication sur le tatouage inuit. Cet article nommé « Tattoo magic » (La magie du tatouage), est écrit par Valérie Chaussonnet, et Ann Fienup-Riordan, deux anthropologues du Museum. Ann Fienup-Riordan a notamment beaucoup publié sur l’anthropologie des inuits, comme on le constate sur Google Scholar.

Ainsi, le tatouage était effectué sur le visage et les bras à la puberté, et la capacité à endurer la douleur était la preuve que la jeune fille était prête à porter un enfant, nous dit-on. Mais l’article développe surtout l’aspect mystique du tatouage, qui aurait une dimension communicative (avec les esprits par exemple) et métamorphique.

Le masque en ivoire présente sur une joue un tatouage en forme de serre de corbeau. Ce motif renverrait à une ancienne légende, où un dieu corbeau aurait volé à la fille d’un esprit malfaisant une balle contenant l’ensemble des corps célestes. C’est en brisant la balle qu’il libéra le soleil, la lune et les étoiles.

Selon cet article, le peuple arctique des Chukchi, affiliés au Inuit, utilisait le tatouage comme une protection spirituelle. Quand un Chukchi tombait malade, on lui tatouait le visage et les mains avec des représentations humaines pour chasser les mauvais esprits responsables de la maladie. Ils pouvaient aussi se tatouer la représentation de l’âme d’un mort pour en faire un esprit bienveillant à leur égard. Enfin, des tatouages d’yeux sur les articulations marqueraient une transformation sociale.

Cet article est une source en lui-même, mais nous aurions bien aimé avoir des références tout de même. Malgré quelques liens morts, et des changements de décors surprenants, le site est relativement bien agencé, et l’idée du musée virtuel est lumineuse et altruiste. A voir.