Kunsten pa Kroppen : Histoire du tatouage inuit

Le site Kunsten pa Kroppen qu’on a déjà vu dans de précédents articles met à disposition du lecteur une histoire internationale du tatouage, du tatouage polynésien au tatouage asiatique, en passant par l’histoire du tatouage inuit, bien entendu.
.

illustration

.
Cette histoire du tatouage inuit que nous propose Kunsten pa Kroppen est tirée, ainsi que les image, du livre de Chr. Ejlers Forlag, The Greenland Mummies, paru en danois en 1985 (réédité en anglais par Hart Hansen en 1990). Si le livre d’origine semble très documenté, Kunsten pa Kroppen nous en propose un résumé extrêmement succinct, mal organisé et avare d’informations. Les images sont peu décrites. Ainsi, on sait qu’un masque est gravé dans de l’ivoire de morse, mais on ne connait ni sa date, ni la culture ou le lieu dont il provient. Ou encore, on nous donne la date de création d’une peinture sans en préciser l’auteur.
.
Cette histoire du tatouage est organisée en 4 parties ; une partie générale qui tente de retracer (trop) brièvement les témoignages de tatouage en arctique depuis les temps préhistoriques, une partie sur un portrait celui de Maria de Paamiut, une troisième partie sur les momies de Qilaqitsoq et la dernière sur les pratiques au Groenland oriental. Ce découpage est totalement injustifié, créant une forte disproportion entre les différentes parties.
.
La partie sur Maria de Paamiut et les pratiques au Groenland oriental, par exemple, sont simplement constituées de deux ou trois photographies brièvement commentées. Le portrait de Maria de Paamiut illustre le tatouage facial inuit, mais n’apporte rien d’intéressant, il aurait pu être mis en exemple au cours de la présentation générale et cela aurait largement suffit. La partie sur le tatouage au Groenland oriental n’a pas plus d’intérêt telle quelle, elle aurait suffit en illustration. Il faut aussi remarquer que la pratique du tatouage au Groenland oriental n’utilise pas la technique inuit cousue ; pourquoi alors appeler la catégorie « Inuit » et non pas « Arctique » ? Enfin, comme avant, l’auteur des photographies ou du portrait n’est pas mentionné.
.
Une autre partie est plus intéressante. Toujours aussi succincte, elle présente dans une sorte d’étude de cas les momies de Qilaqitsoq, trouvées en 1972 et datées du XVe siècle. Certaines momies présentent en effet des tatouages cousus, technique qu’on a pu déterminer lors de leur étude en laboratoire. Mais on reste frustré du peu d’informations.
.

Momie de Qilaqitsoq

En conclusion, cette histoire du tatouage est trop sommaire pour être vraiment intéressante. Elle nous incite plutôt à consulter le livre dont sont tirées les informations, ou bien à lancer une nouvelle recherche.
.
Publicités